"L’IFEI se doit d’être un lieu d’échanges à la pointe des réflexions immobilières"

Publié le 20/07/2018 | Par Coralie COUVRET, directeur du Pôle Immobilier Expertises Galtier

expert immobilierArticle papier / Magazine

Centre de réflexion, l’Institut français de l’expertise immobilière (IFEI) anime de nombreuses manifestations et actions de formation, internes et externes, y compris internationales. Présentation, actions et visions par Coralie Couvret, sa présidente.     

Business Immo : Qu’est-ce que l’IFEI ?

Coralie Couvret : Créé en 1979, l’Institut français de l’expertise immobilière (IFEI) est un centre d’échanges et de réflexion sur l’activité d’expertise en évaluation immobilière. Il est animé par un comité directeur et un conseil supérieur au sein duquel sont représentées nos six sections régionales. Nous comptons aujourd’hui plus de 350 membres répartis en deux grandes catégories : des experts, membres titulaires ou auditeurs selon leur expérience, et des membres associés, autres praticiens de l’immobilier.

Notre institut n’a aucune vocation corporatiste, ce qui lui confère une place tout à fait particulière dans le monde de l’expertise immobilière, car il regroupe les différentes familles ou spécialités d’experts. En outre, son ouverture à toutes les professions de l’industrie immobilière et sa dimension internationale (TEGoVA, FFEE, IVSC) enrichissent les échanges de connaissances et créent les conditions d’une veille professionnelle efficace.

Notre principal objectif est l’harmonisation et la diffusion de méthodes d’évaluation et de règles d’éthiques. Nos actions sont tournées vers l’information et le perfectionnement des experts en évaluation immobilière au travers de différentes manifestations à Paris et en région.

Nous organisons annuellement les « Assises de la valorisation immobilière », des conférences mensuelles à Paris (les « Lundis de l’IFEI »), des séminaires dans nos six sections régionales, des échanges avec le monde de l’enseignement et des organisations professionnelles…

Notre institut garantit également des sessions de formation pour les experts qualifiés REV et assure la diffusion d’articles de fond par le biais de la revue Le Cercle de l’IFEI.

Nous veillons aussi à faire appliquer par nos membres les règles d’éthique professionnelle édictées par la Charte de l’expertise en évaluation immobilière, afin d’assurer le respect des principes d’honorabilité, de dignité, d’indépendance et de compétence. Nos objectifs et nos actions subsistent dans la lignée de la qualité et non de la quantité. Notre institut se doit d’être un lieu d’échanges à la pointe des réflexions immobilières.

Notre feuille de route pour 2018 et 2019 comprend aussi la poursuite du déploiement de nos sections régionales, l’ouverture de l’IFEI aux jeunes experts pour les accueillir et les accompagner dans notre métier. Nos actions sont suivies d’une politique de communication que nous voulons plus entreprenante.

BI : Quelle est l’actualité de l’IFEI ?

CC : Notre actualité est riche, tant au plan national qu’à l’international grâce aux contributions de nos membres. Lors de notre assemblée générale de février dernier, nous avons approuvé la modification de nos statuts afin d’ouvrir notre institut aux plus jeunes experts débutants dans notre métier, leur permettant de présenter leur candidature en tant qu’auditeur pendant quatre ans, puis de postuler en tant que titulaire.

Notre actualité c’est aussi les 10e Assises de la valorisation immobilière tenues sur la thématique « algorithmes et intelligence artificielle : révolution pour l’expertise ? ». Une commission travaille actuellement sur les modes de règlements alternatifs des conflits (médiation, conciliation, arbitrage) en partenariat avec d’autres organismes professionnels. Nous participons activement aux travaux de TEGoVA (The European Group of Valuers’ Associations) et nous préparons une formation destinée aux experts qualifiés REV.

Nous contribuons aussi à l’édition 2019 de l’Observatoire du «Real Estate and Urban Employment Monitor » réalisée par EY, la Fondation Palladio et Business Immo.

Plusieurs manifestations mensuelles sont déjà programmées pour la fin de l’année à Paris et au sein de nos six sections régionales. Enfin, citons notre nouveau site internet qui sera en ligne cet été, plus convivial et interactif : www.ifei.org.

BI : Qu’en est-il de la 5e édition de la Charte de l’expertise en évaluation immobilière ?

CC : L’IFEI a initié la Charte de l’expertise en évaluation immobilière en 1990. La 5e édition (2017) a été ratifiée par 15 associations professionnelles, sous l’égide de l’Association du Comité d’application de la Charte de l’expertise en évaluation immobilière (CACEEI) créée en 2014.
Cette charte répond à la nécessité de transparence et de lisibilité des évaluations immobilières, d’harmonisation des définitions et des méthodes conformément aux normes européennes et internationales – standards TEGoVA, RICS, IVSC –, tout en soulignant les spécificités propres à la France.

Elle recense les normes et les pratiques nationales en matière d’évaluation immobilière. Elle constitue un ouvrage de référence complet et indispensable pour tous les experts en évaluation immobilière, les professionnels de l’immobilier en général, les propriétaires, les pouvoirs publics, les organismes de contrôle et les particuliers. Chaque association signataire de cette charte s’engage à en faire respecter l’application auprès de ses adhérents.

Cette 5e édition reprend le plan similaire, avec cependant une fusion du titre I et IV des éditions précédentes, dans un souci de clarté et de concision. Une avancée majeure est constituée par une grille de pondération unique de surfaces de commerce, établie par la CACEEI et les autres acteurs de l’immobilier commercial.

La Charte de l’expertise en évaluation immobilière s’articule désormais autour de quatre titres : Conditions générales d’exercice de l’expertise ; Méthodologie d’évaluation ; Missions et diligences ; Incidences des normes techniques et de développement durable sur le processus d’expertise en évaluation mobilière.

Le Comité d’application de la charte veille activement à son respect.

Il coordonne les actualisations liées à l’activité expertale et aux modifications législatives réglementaires et normatives.

« Nos actions sont tournées vers l’information et le perfectionnement des experts en évaluation immobilière »

BI : Qu’est-ce que le statut REV ?

CC : Il est le label distinctif dans la pratique de l’évaluation immobilière. Le statut REV est le symbole d’excellence en matière d’évaluation immobilière, attestant ainsi aux clients internationaux et nationaux que l’évaluateur est qualifié conformément aux standards européens d’évaluation immobilière les plus stricts.
Il est placé sous l’autorité de l’association TEGoVA (1) qui regroupe des associations d’experts immobiliers pour la plupart européennes.

Depuis sa création, le statut REV a été attribué par les principales associations d’experts en évaluation immobilière à travers l’Europe à plus de 2 900 évaluateurs.
Les lettres « REV » permettent aux donneurs d’ordres d’identifier les évaluateurs disposant d’une qualification européenne en estimation immobilière. Les clients nationaux recherchent aussi des professionnels possédant une connaissance et une expérience des marchés, capables de les aider à prendre des décisions en termes d’investissements et d’arbitrage, et le statut REV est un gage de qualité que les experts doivent renouveler tous les cinq ans.

Grâce à leur connaissance des normes européennes d’évaluation, la qualité des évaluateurs REV repose sur le fait qu’ils garantissent un niveau de formation et d’expérience ainsi que leur capacité à interpréter l’impact de l’évaluation tant au niveau international que national.

L’IFEI, choisi en 2007 comme association pilote en France pour la mise en place de ce statut, a obtenu dans ses rangs, en 2008, les 20 premiers experts qualifiés REV. Nous sommes aujourd’hui 115 experts qualifiés REV au sein de notre institut. Ce statut est ouvert à tout expert, sous réserve de satisfaire à l’ensemble des conditions (2).

Enfin, il convient aussi d’évoquer la qualification TRV (TEVVA Residential Valuer) de l’évaluateur résidentiel TEGoVA, démontant aux clients internationaux et locaux que l’évaluateur est qualifié pour une norme de pratique européenne en matière résidentielle spécifiquement. L’Europe compte aujourd’hui 634 TRV.

BI : Quid des 10e Assises de la valorisation immobilière ?

CC : Les assises représentent depuis dix ans l’événement annuel majeur de notre institut et l’état d’esprit qui anime les membres de nos instituts, à savoir le professionnalisme, la convivialité et la confraternité. Elles ont été créées sous l’impulsion de Stéphane Imowicz en 2009, et sont désormais une date incontournable dans notre métier et un lieu d’échanges. Les thématiques abordées sont toujours d’actualité, exposées en tables rondes, et aussi des ateliers sur des sujets plus expertaux.

Les débats sont riches et les participants sont des représentants et acteurs majeurs de notre industrie immobilière. Je suis très honorée de présider ces 10e assises et je remercie mes prédécesseurs de l’impulsion qu’ils ont su donner chaque année à cet événement, et aussi notre partenaire Business Immo.

BI : Quelle est votre vision de l’évolution du métier d’expert immobilier à l’heure du big data et de l’IA ?

CC : Ces questions sont au cœur de l’actualité et de notre métier, et elles sont en train de bouleverser notre vie à tous. Il nous est donc apparu essentiel d’en débattre lors de nos 10e Assises de la valorisation immobilière. Ces sujets susciteront sûrement de riches échanges, car notre industrie immobilière doit s’adapter à cette 4e révolution industrielle qui est en marche. Les articles de ce Hors-Série Expertise apporteront sur le sujet des réponses et des réflexions très intéressantes.

Cependant, et c’est une certitude, les experts doivent s’approprier de nouvelles méthodes de travail, devancer de nouvelles formations et spécificités. Ce sont des opportunités pour proposer des évolutions à nos collaborateurs et attirer des talents. Nous devons aussi nous assurer de rémunérations de nos prestations plus appropriées, afin d’en garantir la qualité et la fiabilité.

Le big data et l’IA permettent, certes, de créer des outils mécanisés, automatisés pouvant aider à définir une valeur. Mais ils ne doivent pas être assimilés à des rapports d’expertises en évaluation immobilière au sens des normes professionnelles nationales et internationales.

De toute évidence, nos qualifications, notre expérience, notre recul sur les marchés et notre jugement sont les fondements de la valeur ajoutée de nos prestations et des échanges avec nos clients.

Risques ou opportunités ? Le métier d’expert en évaluation immobilière n’est pas menacé ! Nous devons affirmer et déployer la valeur ajoutée de notre expertise au sein de l’industrie immobilière. ■

Hors-Série Business Immo — Juillet 2018

(1)    www.tegova.org
(2)    Conditions énoncées sur le site de l’IFEI dans la rubrique « Statut REV

Retour